AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This life really is... something... || PV Tomoya

Aller en bas 
AuteurMessage
Seo Sang Min

avatar

Date d'inscription : 29/12/2017
Messages : 319
: 32
Célébrité : Nakamoto Yuta
DC : Moon Choo Hee & Park Minori & Wang Li Xia & Park Min Ki
Adresse : South Seoul
Age : 22
Métier/études : Artiste & écrivain
Orientation : Pansexuel

MessageSujet: This life really is... something... || PV Tomoya   Mar 10 Avr - 5:01

This life really is... something...

Les demi-frères qui découvriront peut-être la vérité


 
Sang Min s'affairait en cuisine depuis un moment déjà. Tomoya étant arrivé depuis un petit moment, l'amnésique l'avait invité à entrer dans son excentrique demeure bordélique. Évidemment, il lui avait demandé de ne pas se formaliser de l'absence de ménage. Le pire étant qu'il avait rangé un peu... Le japonais avait pu retirer ses chaussures, tranquille, il n'y avait pas de pinceaux, tubes de peinture ou autres articles d'art jonchant le sol devant la porte. Non, le plancher de bois était propre, un grand tapis bleu royal sans taches était posé devant la porte. Un porte-manteau se trouvait à la gauche de la porte, plusieurs manteaux et vestes y étaient accrochés, mais il restait encore quelques crochets de libre, donc Tomoya avait pu y laisser ce qu'il portait aussi. Juste à côté, il y avait une petite commode toute simple sur lequel un vase de fleurs fraîches trônait. Son éditeur pensait que de mettre un peu de vie dans cet appartement égayerait l'auteur et lui montrerait que la vie pouvait être belle. C'est pourquoi il venait lui-même lui apporter des fleurs, à chaque semaine. Son éditeur était parfois un bourreau de travail, n'hésitant pas à sortir le fouet pour que l'auteur ne remplisse ses délais... mais c'était aussi une personne très attentionnée et gentille. Il s'inquiétait plus pour Sang Min que ce dernier ne le pensait et le lui montrait indirectement à travers de petits gestes. Il y avait aussi deux livres, juste à côté des fleurs, soit deux romans de Haruki Murakami : La ballade de l'impossible et L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage. L'amnésique aimait les avoir à portée de mains pour lorsqu'il sortait, il se plaisait à les lire et relire lors de ses trajets en transports en commun.

Quelques pas plus loin, on entre dans l'immense loft baigné de lumière naturelle grâce aux imposantes  fenêtres. Les murs sont peints de couleur crème afin d'accentuer la luminosité naturelle, à l'exception du mur au fond, faisant face à celui de l'entrée, qui a gardé son aspect de briques. Au milieu se trouve un canapé en L blanc, confortable mais un peu vieux et qui a clairement connut de meilleurs jours au vue des nombreuses taches de peintures multicolores et d'encre. Une table basse posée sur un autre grand tapis assorti à celui de l'entrée est devant le canapé, couverte de livres, feuilles, esquisses, crayons, pinceaux, palette de peinture bariolée... Il y a aussi plusieurs toiles posées contre les murs, il y en a trop pour toutes les accrocher. Il y a des toiles originales de l'artiste, d'autres représentant ses amis ou ses idoles. Au fond à gauche, près de l'escalier se trouvent plusieurs chevalets avec des projets en cours dessus, une toile sur laquelle les débuts d'un visage sont esquissés, une autre sur laquelle on peut deviner quelques constellations chanceuses de ses histoires, sur une autre, deux visages se faisant face se regardant avec un désir complice. Aucune des trois toiles n'est terminée, avancées à divers niveaux, l'artiste y va selon ses envies et ses inspirations. Sang Min n'est pas musicien, mais il apprécie particulièrement la musique. Celle-ci étant une grande source d'inspiration pour lui, il est donc normal qu'il est un système de son de qualité dont les enceintes ont été placées avec soin, ici et là, se fondant dans le décor. Pour ça, il peut remercier son éditeur qui avait une amie designer d'intérieur.

Des livres de tous les genres s'empilent sur les marches de l'escalier menant à sa chambre et la salle de bains de l'étage supérieur. Plusieurs versions de ses manuscrits y sont aussi mêlés. Sang Min avait fait l'effort de ramasser les feuilles et esquisses perdues qui jonchaient le sol, donc on pouvait le voir, pour une fois! Le plancher de bois.. constellé de points de peintures de toutes les tailles et toutes les couleurs, témoignant du fait qu'il travaille un peu partout dans son loft. À la droite de l'escalier se trouve l'espace «cuisine», se composant d'un long comptoir offrant un bon espace de travail, d'un lavabo spacieux, d'une cuisinière au gaz qui commence à se faire vieille mais qui fait très bien l'affaire, d'un frigo couvert de post-it lui rappelant ce qu'il doit faire, ses rendez-vous ou ses idées de génie soudaine. Il y a aussi un petit îlot, lui offrant plus de place pour travailler ou simplement pour manger s'il en a envie, puisqu'il y a deux hauts tabourets devant. Les tons de cet espace sont plus chauds pour se marier avec le mur de briques, tout en restant dans le naturel avec le bois de l'îlot et du comptoir. Étonnamment, Sang Min a tenu à avoir une table à manger en verre, qui se situe entre l'espace «salon» et l'espace «cuisine», elle n'est pas très grande, rectangulaire. Seules trois chaises l'entourent, la quatrième ayant rendu l'âme après un petit accident maladroit. L'auteur a fait un effort pour ranger ce qui se trouvait sur la table, puisque généralement elle est couverte d'articles d'art en tout genre, de notes et de livres. Comme tout le reste de son espace vital, me direz-vous.

Sang Min ne pouvait cependant pas s'en empêcher, les idées lui venant à tout moment, il avait donc cette habitude de tout noter. Son loft lui servait de bureau, d'atelier, d'archives, d'espace de rangement, d'espace de vie, d'espace de suicide... de tout. Donc, il était à l'image de ce qui se passait dans sa tête. Un peu bordélique, très créatif, avec un esthétisme recherché même si ce n'est pas digne d'une revue de décoration, et ce, par simple manque de budgets, plein d'images et de mots. L'amnésique aimait son chez lui. C'était peut-être bizarre et s'il oubliait de spécifier qu'il s'agissait d'une petite église, ses invités avaient tendance à chercher l'adresse pendant des heures avant d'abandonner et de l'appeler pour lui demander le chemin, mais... c'était sa petite église. Sa petite maison atypique.

Il avait sorti son tablier qui, ça n'étonnera personne, était taché de peinture... même si c'était supposément un tablier de cuisine. Après tout, l'artiste l'utilisait à plusieurs escients. Sang Min en avait aussi proposé un à son ami, ce dernier étant plus neuf, il était moins taché. L'amnésique avait déjà commencé à cuisiner avant l'arrivée du médecin, mais il n'avait pas tout terminé. Aimant s'envelopper de musique, il n'était pas étonnant qu'il ait mis une compilation de mélodies instrumentales de Minori. L'amnésique aimait beaucoup la musique du compositeur aveugle, ayant eu le plaisir de le rencontrer par hasard alors que ce dernier venait d'arriver en Corée. Il l'avait connu un peu avant les débuts de sa carrière, alors que Minori ne se concentrait encore surtout que sur les concours. Sang Min avait eu le plaisir de pouvoir l'inviter jouer à quelques-uns de ses vernissages, trouvant que sa musique était la meilleure pour se marier à ses œuvres. Le riz était déjà prêt, attendant sagement dans le cuiseur. Le kimchi trônait déjà dans son petit bol, sur l'îlot. Les mandus étaient dans l'eau bouillante, Sang Min allait bientôt les faire frire. Mais avant cela, il faisait déjà revenir le bœuf qu'il avait laissé mariné depuis la veille. L'amnésique avait demandé à Tomoya de s'occuper de couper les légumes qui garniraient leurs kimbaps avec la viande. Ils avaient déjà échangé les petits bavardages vides d'usage, oui, ça allait bien. Oui, la température était agréable. Ils avaient hâte au printemps et Sang Min était soulagé d'avoir enfin terminé son troisième tome qui était en cours d'impression pour être publié le mois prochain.

-« Alors, dis-moi hyung... en quel honneur as-tu du temps libre? Tu es en vacances? Tu connais ce mot et l'utilises? » demanda-t-il, curieux et taquin, alors qu'il faisait sauter le bœuf. « C'est pour mieux séduire, maintenant que tu as du temps libre, que tu as décoloré tes cheveux? » ajouta-t-il avec un petit sourire, le complimentant indirectement sur la nouvelle couleur de ses cheveux.

La cuisine sentait bon, embaumée par ces délicieuses odeurs qui ouvraient l'appétit. Sang Min tourna rapidement la tête vers lui, lui lançant un petit sourire rieur, avant de reporter son attention sur ce qu'il faisait. L'auteur avait l'air plus détendu et plus serein que ces dernières années. Il avait pris un tout petit peu de poids aussi, faisant ainsi moins paquet d'os. Il y avait toujours place à améliorations, mais c'était la première fois en quatre ans qu'il réussissait à atteindre ce poids. L'asiatique souriait un peu plus aussi, même si, de base, Tomoya était une des rares personne qui avait le privilège de voir ce genre d'expressions sur son visage. Sang Min restait un peu perdu, très confus et plein d'interrogations. Il en avait discuté avec son meilleur ami, mais... les boîtes contenant les choses de Chiba Hideto qu'il avait été chercher à son ancien lycée était restée au pied de son lit. Cette Minji avait raison... c'était apparemment lui. Il faut dire qu'elle avait une photo avec lui sur son téléphone et que d'autres petits trucs comme ça c'était ajouté... Puis, quand il avait été au lycée pour demander s'ils avaient toujours les affaires de cet Hideto, la vieille secrétaire s'était réjouie de le voir et lui avait parlé comme si c'était effectivement lui. Elle lui avait partagé s'être inquiétée de sa disparition et qu'elle était contente qu'il ne revienne. Elle s'était assurée que personne ne jette les effets de son étudiant étranger préféré, allant ainsi jusqu'à déroger aux règlements de l'établissement pour ça! La gentille dame avait surpris l'amnésique avec ses réactions, il s'était senti un peu mal de ne pas se rappeler d'elle et de ne pas savoir quoi répondre.

Les histoires de la dame l'avait rassuré, cela dit. Il n'était pas la petite ordure qu'on lui avait décrit la première fois... Minji avait été dans le même sens que la secrétaire. Mais... s'il avait été un bon élève, quelqu'un de souriant, rêveur et joyeux, qui se faisait facilement des amis... pourquoi sa famille ne l'avait pas cherché? La réponse avait renforcé son sentiment de solitude, mais avait aussi créé de nouvelles interrogations. Minji l'avait cherché avec une autre de leurs amies, apparemment... Ce n'était cependant que maintenant qu'elle ne le retrouvait. Sang Min s'était senti coupable et ressentait encore cette émotion, quand il y repensait... La jeune femme avait semblé chamboulée de le retrouver et devait s'être sentie blessée d'avoir été oubliée, même si l'amnésique n'y pouvait rien et ne le faisait pas méchamment.

-« Tu te rappelles que je m'étais fait agressé par une bande de lycéens... peu après ma sortie de l'hôpital? Ils s'en étaient pris à moi sous prétexte que j'étais une certaine personne qu'ils connaissaient... » commença-t-il avec hésitations retrouvant son habituel air un peu plus distant, alors qu'il retirait le bœuf du feu.

Il mit la viande dans un bol qu'il déposa ensuite sur l'îlot. Sang Min retourna à la cuisinière, retirant les mandus de l'eau et les mit dans une poêle dans laquelle il avait mis un peu d'huile de sésame. Il n'ajouta rien alors qu'il faisait cela, laissant le temps à Tomoya de fouiller sa mémoire, mais aussi se laissant le temps à lui-même de se faire à l'idée d'en parler. Il s'était fait agressé par un petit groupe, tard le soir, alors qu'il rentrait chez lui. Celui à la tête de la bande ne cessait de lui crier qu'il était pathétique et dégueulasse, qu'il devait avoir honte de séduire les filles en couple. Na Eun était sa copine et il n'avait pas aimé que Hideto ne soit proche d'elle. Lui et ses amis avaient commencé à battre l'amnésique qui répétait qu'ils se trompaient de personne, mais eux étaient sûrs que non. Puis, Hae Ru était passé par là et l'avait sauvé. C'était comme ça qu'il avait rencontré son meilleur ami et qu'il avait eu une première piste sur sa possible identité... mais il n'avait pas voulu la suivre.

-« Je ne voulais pas croire que c'était moi... parce que je ne voulais pas croire que j'étais le genre de type à draguer une fille en couple... Je ne voulais pas être... une personne... pathétique... enfin... pas plus que je ne considérais déjà l'être... » commença-t-il, marmonnant surtout puisque le souvenir n'était pas très plaisant et qu'il n'aimait pas en parler. « Mais... ils avaient raison... Enfin... ils avaient le bon nom... pas la bonne personnalité... Une fille que... Une fille qui... était mon amie? … est venue au dernier truc que mon éditeur m'a fait faire pour montrer que je suis bien en vie, malgré ma dernière tentative... et pour rassurer les gens sur la sortie prochaine de la suite... Elle a dit m'avoir longtemps cherché... Je ne l'ai pas cru au début mais... » expliqua-t-il, trouvant encore toutes ces découvertes à son sujet irréelles.

L'auteur s'arrêta et haussa un sourcil, entendant une notification de son téléphone. Il venait de recevoir un texto, lui qui n'était pas le genre à en recevoir des tonnes.. il en était toujours surpris. L'amnésique en profita pour faire une pause dans ce qu'il disait, c'était lourd pour lui, donc il n'allait pas se plaindre de s'en échapper deux secondes. Un sourire niais vint remplacer son air grave alors qu'il lisait le message et y répondit en moins de deux, avant de remettre son téléphone dans sa poche. Sang Min ne reprit pas directement son histoire, laissant plutôt Tomoya s'exprimer s'il en avait envie alors qu'il mettait les mandus dans une assiette qu'il vint poser sur l'îlot aussi. Il sortit les feuilles d'algues et le nécessaire pour faire les kimbaps, installa le tout sur l'îlot et vint s'asseoir aux côtés du médecin pour faire les rouleaux avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-seoul.forumactif.com/t110-life-is-simply-more-compl
Kim Tomoya

avatar

Date d'inscription : 21/01/2018
Messages : 382
: 208
Célébrité : Kim Jaejoong
DC : Han Eunae - Seo Hyesung - Lee Hana
Adresse : Seoul North
Age : 32
Métier/études : Pédiatre
Orientation : Amoureux même si ca fut laborieux entre eux.

MessageSujet: Re: This life really is... something... || PV Tomoya   Sam 14 Juil - 1:45

This life really is... something...

Les demi-frères qui découvriront peut-être la vérité



Étant à l'arrêt forcé depuis la plainte dont j'avais été victime pour soit disant « Non assistance à personne en danger ayant entraîné la mort », j'avais plus de temps pour moi ce qui aurait pu me ravir mais j'étais un hyper actif dans l'âme depuis l'instant même où j'avais pris la décision de devenir médecin et j'avais par la même occasion commencé à travailler à coté pour payer les frais de la faculté de médecine qui était exorbitants.  J'avais travaillé dur pour réussir à devenir le médecin que j'étais aujourd'hui et j'avais surtout laissé de coté beaucoup d'aspect personnelle de ma vie pour en arrivé là.  Pourtant je n'avais pas réellement de regret, aujourd'hui je faisais le métier de mes rêves et depuis quelques temps j'avais enfin réussi à ouvrir mon cœur à la personne qui m'avait volé le mien il y a des années de cela, voir des siècles même tellement j'avais le sentiment que j'aimais cette personne depuis toujours mais mon bonheur naissant venait d'être terni par ce procès que je n'avais toujours pas compris, je comprenais la peine des parents mais je comprenais pas pourquoi c'était moi le responsable d'après eux, j'avais au contraire tenté de sauver leur enfant du mieux que je le pouvais avec les infos qui m'avaient été donné.  

C'était donc pour cette raison que je me trouvais avec énormément de temps libre dernièrement, trop de temps sans doute pour moi donc j'en profitais pour passer beaucoup de temps avec mes amis déjà mais aussi avec la personne qui partageait ma vie et avait eu la bonne idée de se faire attaquer pour un plat de ramen en plus … Et depuis était alité pour soigner ses douleurs au niveau des cotes, je jouais donc très souvent les infirmières mais j'aurais pu me retrouver veuf avant d'être marié avec lui ça aurait pu être pire je me dis.  Aujourd'hui j'avais eu envie de passer du temps avec Sangmin, un de mes patients à la base mais qui était devenu l'un de mes amis. Le jeune homme avait fait par la suite à sa première hospitalisation de nombreux séjour dans les murs de l'hôpital pour des tentatives de suicides mais cela pouvait se comprendre et contrairement à mes confrères qui avaient jugés le jeune homme j'avais essayé d'en savoir plus et j'avais fini par comprendre que le mal que souffrait avant tout le jeune homme en dehors d'un profond mal être qui l'avait poussé à de telle extrémité, était surtout le fait que le jeune homme ignorait depuis des années maintenant qui il avait pu être et surtout pourquoi personne n'avait cherché à le trouver.  Donc depuis les nombreuses années que je le connaissais j'étais devenu ami avec lui mais j'avais surtout pris l'habitude d'aller le voir chez lui de temps à autre comme aujourd'hui.

Ce n'était pas la première fois que je venais chez lui mais j'étais toujours étonné de voir son appartement, il était rare de voir une ancienne église transformé en lieu de vie, un lieu atypique tout comme le propriétaire des lieux j'avais envie de dire en même temps.  Car chaque fois que je venais ici j'étais étonné de voir combien les lieux étaient à l'image de Sangmin, ce lieu bien qu'un peu bordélique sans doute son coté artiste qui faisait ça, lui était vraiment ressemblant. J'étais avec lui dans sa cuisine, en bruit de fond une compilation de mélodie instrumentales que je connaissais parfaitement et pour cause, je connaissais très bien l'auteur de cette musique mais je n'en dis rien de suite, je me contentais de rester près de mon amis alors qu'il s'occupait de la préparation d'un repas, prenant en main le rôle de chef de cuisine, me donnant des petits ordres si on pouvait dire pour que je l'aide en épluchant des légumes, ayant travaillé dans le restaurant parentale dans mon enfance et adolescence c'était une chose que je fis sans rechigner jamais à aucun moment.  Je continuais à découper les légumes après les avoir éplucher pour faire les kimpaps comme tu avais l'intention de faire quand j'entendis tes questions, je pris un moment avant de chercher une manière de te dire les chose pour la raison de mon surplus de temps libre, je te connaissais tu étais le genre à te faire des soucis pour tes amis, je voulais pas t'inquiéter en réalité.  Je finis par répondre avec un ton posé, essayant de paraître détacher même si c'était difficile.

- " Je suis en repos forcé … j'ai rien de grave rassure toi, j'ai l'interdiction de pratiquer la médecine parce que j'ai été accusé de négligence professionnelle.  Une de mes patientes est morte il y a un mois et les parents m'accusent d'être responsable de sa mort, mais surtout d'avoir rien fait pour la sauver.  Mais je te rassure, je vais retravailler c'est juste que ça va prendre du temps et que pendant le temps de l'instruction jusqu'au procès je suis interdit de médecine. Ce qui fait que j'ai plus de temps pour moi, donc c'est plutôt une bonne chose quelque part même si j'aurais aimé avoir plus de temps parce que j'aurais pris des vacances et non pour ces raisons."  T'avouai je sans changer de ton, mais en même temps je savais que tu savais que mon métier était tout pour moi donc si même je ne disais rien de plus, dans le fond tu te douterais que j'étais touché par l'affaire. A ta deuxième question je me mis à rire doucement en te disant. " J'aurais pu te dire que oui c'était pour ça mais pas du tout … D'autant que j'ai une personne qui partage ma vie depuis quelques temps, mais ce n'est pas réellement pour lui que j'ai fait ça non plus, je ne pense pas que quoi que je change dans mon physique lui sera vraiment important en réalité.  Et surtout je pense pas qu'il le verrait non plus."

Je lâchais un petite rire nerveux quand je dis cela mais c'était vrai, brun, roux, châtain ou blond Minori n'en aurait aucune conscience, après si je faisais un soin changeant la texture de mes cheveux là il le sentirait sans nulle doute mais la couleur il le verra jamais. Donc c'était juste une envie pour moi et pas pour lui que j'avais eu envie de changer de tête. Après malgré que je savais que me poserais des questions encore sur cette nouvelle relation, je savais pas réellement si je pouvais dire que j'étais avec Minori, nous étions ensemble c'est vrai mais après je sais pas si je pouvais dire son nom, moi ca m'était égale mais lui était connu est ce qu'il tenait à protéger sa vie privée ou pas c'était une inconnue dont on n'avait pas réellement parlé encore lui et moi.  Après je faisais confiance à SangMin pour ne pas aller chanter sur tout les toits que j'étais avec Minori en réalité mais bon je pouvais pas savoir si Minori accepterait ou pas.

On continuait à préparer le repas et les odeurs emplissaient déjà les lieux, ça sentait bon mais ça donnait aussi très faim en fait j'avais finit ma partie du travail donc je m'étais installé sur un des tabourets qui étaient installé au près du îlot centrale de ta cuisine, je te regardais alors que tu commença à nouveau me reparler, je tournais la tête vers toi et je t'écoutais alors que tu me demandais si je me souvenais de ton agression par une bande de lycéens après ta sortie de l'hôpital. Et que cette bande s'en était pris à toi sous prétexte que tu leurs rappelais une personne qu'ils connaissaient. Je me rappelais cette affaire, je hochais donc la tête alors que tu continuais à m'expliquer la raison du pourquoi tu lançais ce sujet. Tu m'avouais à qu'à la base tu ne voulais pas le croire, que tu savais pas qui tu étais mais tu n'avais pas l'impression d'être une personne aussi pathétique qui pouvais draguer une fille en couple. Tu finis par me dire que c'était bien toi quand même, que ces garçons avaient raison tu étais bien cette personne que ces mecs t'avaient accusé être, et tu l'avais appris quand tu avais rencontré une jeune fille qui était l'amie de la fille en question mais aussi ton ami à toi.  Elle semblait t'avoir cherché longtemps d'ailleurs je compris ce que tu avais pu ressentir en apprenant cela mais surtout ce que ca avait pu te faire dans le fond.  Je finis par te dire avec un ton posé.

- "Ca a du te faire bizarre d'apprendre qu'ils avaient raison en partie, que tu étais bien ce garçon. Mais cette amie elle t'a dit quoi dans le fond ? Tu as appris un peu plus sur toi ? Peut être que tu connais ton vrai nom maintenant non ? Je comprends que ca te perturbe mais ca doit te soulagé de savoir que contrairement à ce que tu pensais tu n'avais pas été oublié dans le fond, vu que cette amie te rechercher jusque là ?"

Je n'avais aucune idée de ce que tu avais besoin d'entendre pour dire vrai, c'était pas évident pour moi de trouver les bons mots mais je savais surtout combien ça devait se bousculer dans ta tête donc je devais te faire parler au maximum pour éviter que tu rumines trop de ton coté.  Tu te lèves pour regarder ton portable et je te suis du regard avec un large sourire, surtout quand je vois le tiens, tu as l'air très heureux de ce message soudain et vu la rapidité à laquelle t'y réponds je soupçonne que ce n'est pas une personne quelconque ce message, je te taquinais alors en te demandant.  

- " Aurais tu un admirateur secret Sangminnie ? " Je souris en posant la question.

Quand tu revins vers moi pour commencer la préparation des Kimpaps, je souris et commença à les préparer avec toi tranquillement. Tout en souriant un peu, c'était une activité tranquille et sans prise de tête donc c'était agréable, tout ce dont j'avais besoin en réalité là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://butterfly-of-imagination.skyrock.com/
Seo Sang Min

avatar

Date d'inscription : 29/12/2017
Messages : 319
: 32
Célébrité : Nakamoto Yuta
DC : Moon Choo Hee & Park Minori & Wang Li Xia & Park Min Ki
Adresse : South Seoul
Age : 22
Métier/études : Artiste & écrivain
Orientation : Pansexuel

MessageSujet: Re: This life really is... something... || PV Tomoya   Ven 20 Juil - 21:16

This life really is... something...

Les demi-frères qui découvriront peut-être la vérité


 
Sang Min n'y pensait pas assez souvent, mais en réalité, il aimait bien cuisiner ainsi avec et pour des gens. Comme il était chez lui, il prenait les commandes et dirigeait tranquillement sa cuisine. S'il avait été chez Tomoya, il l'aurait laissé le guider sur ce qu'il voulait que l'amnésique ne fasse. C'était simplement naturel ainsi, non? Certes, le pédiatre était son aîné et le cadet le traitait donc avec le respect auquel il peut naturellement s'attendre, mais Sang Min n'allait pas lui dire de faire le plus gros de la préparation, alors que c'était lui qui l'avait invité ! L'auteur ne l'avait pas invité pour trop le faire travailler ! Mais bien pour passer un peu de temps avec lui et pouvoir discuter de ce qui leur arrivait, de vive voix, pour faire changement. C'était bien les messages texte, oui, mais c'était différent. Puis, il faut aussi admettre que ça ne leur faisait pas de mal de se voir en-dehors de l'hôpital. Puisque c'était souvent  sur le lieu de travail du pédiatre qu'ils se croisaient, grâce aux tristes frasques du suicidaire qui se retrouvait hospitalisé jusqu'à ce qu'il ne soit plus considéré comme un danger pour lui-même. Sang Min l'avait invité chez lui, à l'occasion. Tomoya avait d'ailleurs été un des premiers à venir découvrir son église, lorsqu'il avait quitté son petit appartement prêté par l'association qui l'avait aidé à se construire un semblant de nouvelle vie. À l'époque, le jeune artiste avait encore moins d'amis qu'à présent, donc, la pendaison de crémaillère avait été plutôt simple. Quand on y pensait ainsi, on se rendait compte que son ami avait été une des rares personnes à voir l'église dans son état original. Avant le bordel, avant les taches de peinture partout sur le plancher, partout sur le mobilier, avant les livres, les pages de manuscrits, les toiles partout... Tomoya avait pu voir l'évolution des lieux, se colorant et se bariolant, gagnant étrangement en vie et en personnalité.

L'amnésique nourrissait beaucoup de reconnaissance pour celui qui était devenu son ami. Il lui devait énormément, même si c'était peut-être un peu bizarre de se dire combien il avait pu se rapprocher du personnel hospitalier. Ces gens avaient été adorables avec lui, lui apportant un peu de chaleur et de compagnie, alors qu'il était complètement seul et perdu. Sang Min se demandait souvent ce qu'il aurait fait sans eux, à l'époque. Il avait gardé contact avec quelques-uns dont, justement, Tomoya, mais aussi Mae-Ri, qui était amnésique comme lui donc pouvait comprendre ses sentiments sur la question, et Jun Min qui le suivait toujours, s'assurant que son cerveau ne souffrait plus trop des chocs qui l'avaient traumatisés. L'auteur ne les voyait pas très souvent, tous les trois étant très pris par leur vie personnelle et leur travail et lui-même par... tant de choses ! D'ailleurs, terminer en express son dernier tome pour qu'il soit envoyé à l'imprimerie et tout l'avait rendu limite ermite, en début d'année ! Puis après, sa vie avait pris un malin plaisir à se retourner dans tous les sens, le tordant et le pressant douloureusement. C'était d'ailleurs des choses qu'il voulait aborder avec son ami, puisque ce dernier avait été là depuis ses ''débuts''... Il semblait normal aux yeux de Sang Min de lui annoncer qu'il savait... plus ou moins... qui il était avant. Du moins, il avait plusieurs pistes et avait même des cartons de ''souvenirs'' lui ayant appartenus, qu'il n'avait pas osé ouvrir encore. Mais, d'abord, l'auteur n'avait pu cacher sa surprise de savoir Tomoya avait du temps libre, pour une fois dans sa vie. Sachant combien le pédiatre était dévoué à sa carrière, Sang Min ne pouvait s'empêcher d'en être plus que surpris.

-« Je suis en repos forcé … j'ai rien de grave rassure toi, j'ai l'interdiction de pratiquer la médecine parce que j'ai été accusé de négligence professionnelle.  Une de mes patientes est morte, il y a un mois et les parents m'accusent d'être responsable de sa mort, mais surtout d'avoir rien fait pour la sauver.  Mais je te rassure, je vais retravailler c'est juste que ça va prendre du temps et que pendant le temps de l'instruction jusqu'au procès je suis interdit de médecine. Ce qui fait que j'ai plus de temps pour moi, donc c'est plutôt une bonne chose quelque part même si j'aurais aimé avoir plus de temps parce que j'aurais pris des vacances et non pour ces raisons. »

L'artiste fut choqué en entendant son explication. Il était bien le dernier pédiatre qu'il pensait être accusé de négligences professionnelles ! Après tout, il était tellement dévoué à son emploi qu'il s'était lié d'amitié avec l'amnésique qui avait été son patient et se retrouvait, aujourd'hui, avec lui à cuisiner ! Sang Min fit claquer sa langue contre son palet, puis soupira en hochant la tête, exaspéré par la cupidité de certains parents.

-« C'est horrible, désolé... Si j'avais su, je n'aurais pas fait de blagues sur les vacances... » répondit-il sincèrement, se sentant un peu con de l'avoir taquiner. « Je peux témoigner de ton dévouement et ton professionnalisme, si jamais tu as besoin. J'ai été ton patient, moi aussi, après tout... et combien de fois tu m'as sauvé la vie, hein... » ajouta-t-il, se disant que c'était la moindre des choses à faire.

Comme Tomoya en avait parlé sur un ton plutôt neutre et que l'auteur se disait que le sujet devait être délicat, il tenta de lui changer les idées, faisant un commentaire sur sa nouvelle couleur.

-« J'aurais pu te dire que oui c'était pour ça mais pas du tout … D'autant que j'ai une personne qui partage ma vie depuis quelques temps, mais ce n'est pas réellement pour lui que j'ai fait ça non plus, je ne pense pas que quoi que je change dans mon physique lui sera vraiment important en réalité.  Et surtout je pense pas qu'il le verrait non plus. »

-« Eeh!? » fit-il surpris en l'entendant dire qu'il avait quelqu'un dans sa vie.

On parlait quand-même du médecin qui avait mauvaise réputation à l'hôpital... Y passant trop de temps, Sang Min en avait entendu des vertes et des pas mûres sur son ami ! Il n'y avait jamais accordé aucune valeur, cela dit. Mais bon, il ne se rappelait pas vraiment que Tomoya lui ait dit être vraiment dans une relation, avant.

-« C'est une personne qui prend soin de toi ? Parce que... tu ne le fais même pas toi-même... donc, c'est ce dont tu as besoin. Quelqu'un qui te fait t'arrêter deux secondes et te forces à penser à toi ! » commenta-t-il, étant toujours aussi honnête et direct. « Comment cette personne ne pourrait pas le voir? Tu es passé de foncé à clair ! » fit-il remarquer en riant, trouvant que c'était plutôt impossible à rater, justement!

L'auteur hochait la tête, un sourire rieur aux lèvres. Vraiment, à moins que cette personne ne soit aveugle... il n'y avait pas de raisons pour qu'elle ne voit pas la différence! Le pédiatre ne serait pas du genre à rejeter une personne parce qu'elle est aveugle, cela dit, mais bon, comme ces gens ne courent pas les rues... Le premier réflexe n'est pas de penser que le nouveau partenaire de son ami en est un. Sang Min était content, cela dit, que Tomoya ait trouvé quelqu'un. L'asiatique n'est pas du genre à penser qu'on a absolument besoin de trouver quelqu'un à aimer et qui nous aime en retour pour être heureux dans la vie, mais ça ne fait pas de mal. Puis, surtout, c'était mignon de voir son aîné avoir ces petits rires et ces petits sourires nerveux. Ça changeait de le voir tout chose à propos de quelqu'un ! Il continuait savamment la préparation de ce qu'ils allaient manger, sentant l'appétit grandir au fur et à mesure que les bonnes odeurs envahissaient la pièce. Sang Min trouva d'ailleurs le courage de finalement aborder le sujet dont il voulait le plus lui parler. Tomoya ayant veillé sur lui depuis son séjour hospitalier, il était normal de lui dire que bien qu'il n'avait aucun souvenir, certaines choses avaient changé. Il commença par lui demander s'il se rappelait de la fois où on l'avait agressé, première et seule piste qu'il avait eu sur son possible passé, jusqu'ici. Comme celui-ci acquiesça, l'amnésique continua son histoire, admettant qu'un fantôme de son passé avait ressurgi et qu'ainsi, il avait pu en découvrir un peu plus. Ça sonnait probablement positif, mais pour Sang Min, c'était doucereux, un peu déroutant et stressant... Il culpabilisait beaucoup, ne sachant pas quoi faire de tout ça, alors que c'était ce qu'il attendait depuis si longtemps.

-« Ça a du te faire bizarre d'apprendre qu'ils avaient raison en partie, que tu étais bien ce garçon. Mais cette amie elle t'a dit quoi dans le fond ? Tu as appris un peu plus sur toi ? Peut être que tu connais ton vrai nom maintenant non ? Je comprends que ça te perturbe mais ça doit te soulager de savoir que contrairement à ce que tu pensais tu n'avais pas été oublié dans le fond, vu que cette amie te recherchait jusque là ? »


Il était venu à côté de son ami pour finir la préparation des kimbaps qu'ils pourraient bientôt manger, il allait d'ailleurs lui répondre, mais son téléphone le coupa. Ne s'habituant jamais à recevoir des messages, Sang Min avait toujours le réflexe de regarder si ce n'était pas son éditeur qui avait une annonce quelconque. C'est pour cette raison qu'il regardait toujours ses messages. C'était ça ou une des personnalités de Hae Ru, en général. Bon, parfois, il avait des messages de Minori ou Mae-Ri, mais l'auteur ne s'inquiétait pas pour eux comme il pouvait le faire pour son meilleur ami. Après tout, son meilleur ami était le seul à avoir plusieurs personnalités qui avaient ce don de pouvoir le mettre en danger, poussant Sang Min à avoir l'instinct de protection plus poussé avec lui. Sauf que le message ne venait pas d'aucune de ces hypothèses, mais plutôt de cette personne qu'il avait récemment rencontré, en personne... Il lui répondit rapidement, puis revint aux côtés de son invité pour reprendre les préparations et répondre à ses questions, mais... il eut droit à un petit commentaire avant.

-« Aurais tu un admirateur secret Sangminnie ? »

L'amnésique sentit son visage rougir alors qu'il toussotait en entendant cette question. Il se leva et alla se chercher une bouteille d'eau, en prenant d'ailleurs une pour Tomoya au passage.

-« Hmmm... Comment dire...? Non...? » tenta-t-il de répondre, alors qu'il revenait s'asseoir à côté de lui. « Je ne saurais pas trop comment expliquer... c'est... On vient de se rencontrer donc... Je dirais plus qu'on prend notre temps...? Puis... c'est une idole, donc, de base, il ne peut pas être en couple... avec un homme, ce serait pire ! » admit-il avec un petit rire nerveux.

Les joues encore roses, Sang Min se mordilla la lèvre inférieure en hochant doucement la tête. Cette histoire aussi était irréelle pour lui. Tant de choses improbables lui arrivaient cette année et ce n'était pourtant que le début de ce nouvel an ! Comment ça allait finir? Il allait apprendre qu'il avait mis une adolescente de 15 ans enceinte aussi, quand il avait ce jeune âge, lui-même, et donc qu'il avait un enfant de... 7-8 ans ?! Ah non! Ce serait vraiment trop, ça. Un petit rire nerveux lui échappa en pensant à tout ça.

-« C'est trop bizarre aussi... pour... l'histoire de mon passé, oui. » admit-il en soupirant. « Je ne sais pas trop quoi en penser non plus... Tout arrive si soudainement... et tellement en même temps...! » ajouta-t-il en mettant une portion de riz sur sa feuille d'algue. « Je pensais que je serais soulagé, en apprenant mon passé, oui.. mais en réalité... je ne fais que me sentir coupable ? Ça me fait peur ? Cette fille... elle s'appelle Minji... Elle m'a dit qu'en fait.. nous étions... plus que de amis? Elle pensait que je l'avais jeté, abandonné... Je ne me rappelle pas du tout d'elle, mais... je lui ai causé beaucoup de souffrances en disparaissant et aujourd'hui... en ne me rappelant pas d'elle... alors qu'on avait cette relation... ça doit être dur? Je suis terrifié de... revoir les gens de mon passé et tous les blesser parce que je ne me rappelle pas d'eux comme eux se rappellent de moi...?  » expliqua-t-il, le cœur se serrant à nouveau en pensant à tout ça. « Je sais mon vrai nom, oui... J'ai même été à mon ancien lycée où j'étais étudiant étranger, apparemment... La secrétaire m'adorait et m'a directement reconnu... elle avait gardé mes choses... Enfin... celles de... Chiba Hideto... Je n'ai pas osé les ouvrir encore. » admit-il en grimaçant.

Le nippon était curieux de ces cartons, oui, mais en même temps... il en avait peur. Toutes ces années, il avait eu peur d'être cette personne. Maintenant qu'il apprenait qu'il l'était, il ne savait pas comment le prendre. Maintenant qu'il était devant des réponses... sans savoir si c'était celles qu'il voulait... il était terrifié.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-seoul.forumactif.com/t110-life-is-simply-more-compl
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This life really is... something... || PV Tomoya   

Revenir en haut Aller en bas
 
This life really is... something... || PV Tomoya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Seoul :: Séoul :: South Seoul :: Logements-
Sauter vers: