AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Insomnia and bitter tea [pv Ryosuke]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lee Seung Joo

avatar

Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 28
: 0
Célébrité : Lee TaeYong (NCT)
DC : Xu Wei Zhou
Age : 22
Métier/études : Rappeur/danseur
Orientation : Non intéressé (Probablement homosexuel)

MessageSujet: Insomnia and bitter tea [pv Ryosuke]   Sam 27 Jan - 23:33


Insomnia and bitter tea
Living in hell with everything
or living free with nothing


ft Ryosuke & SeungJoo
Depuis un certain temps à présent, SeungJoo enchaînait les nuits blanches d’insomnies avant de sombrer sous l’épuisement. Cela lui avait évidemment déjà occasionné un aller-retour à l’hôpital. Ainsi l’impact sur sa santé n’était pas minime, mais il se tenait encore debout aujourd’hui, et c’était tout ce qui comptait à ses yeux, ou du moins, tout ce qu’il voulait laisser compter. Suite à ce petit séjour en «cure de repos », il n’était donc pas repassé par le café depuis un certain temps, cinq jours précisément, mais à peine avait-il mis les pieds en dehors du grand bâtiment blanc aseptisé que ses insomnies allaient recommencer. Son manager essayait de l’empêcher de regarder ce qui se disait à son sujet, il lui conseillait d’ignorer car pour le moment rien ne pouvait être fait pour l’aider, mais c’était plus fort que lui. Alors qu’il était assis à l’arrière du van, seul avec son manager, SeungJoo allumait l’écran de son téléphone et appuyait sur le logo de son navigateur pour aller voir le fil d’actualité sur naver. Il se mordit un peu la lèvre, anticipant ce qu’il allait découvrir puis… Fronça les sourcils en lisant le titre des articles les plus populaires.

« Lee SeungJoo : une nouvelle altercation lui valant un séjour à l’hôpital »

Le manager regardait son protégé dans le rétroviseur alors qu’il sortait du parking et poussa un léger soupir en voyant la tête qu'il faisait en regardant son téléphone. Il pouvait clairement percevoir l’énervement et le gouffre de sa blessure s’agrandir à la façon dont il pinçait les lèvres et plissait les paupières.  SeungJoo prit le temps de regarder quelques commentaires haineux puis finit par éteindre l’écran de son téléphone puisque plus les secondes passaient, plus il recevait de notifications de Kakaotalk. Des personnes souhaitant savoir comment il allait, des reporters mal intentionnés et avides d’informations à scandales, des menaces inconnues… Ce fut lorsqu’il finit par recevoir un appel anonyme qui fit vibrer l’objet dans sa main qu’il eut le réflexe de l’éteindre aussitôt sans même regarder de qui il s’agissait. Il jeta son téléphone sur le siège adjacent, mit sa capuche sur sa tête pour cacher en partie son visage à la seule personne présente avec lui puis posa sa tempe contre la vitre en fermant les yeux. Involontairement, une larme de frustration roula sur sa joue, qu’il vint aussitôt essuyer d’un revers de manche, comme si rien n’était arrivé.

Le lendemain matin, alors qu’il n’avait pas dormi de la nuit, SeungJoo quitta son dortoir pour aller prendre un thé au café où il avait l’habitude d’aller en tout « anonymat », puisque sa discrétion était… Quelque chose.  En marchant dans la fraicheur du matin, il se rappela la veille alors qu’il était revenu à l’agence, son entretient avec le dirigeant. Le regard las, les traits agacés qu’il avait en face de lui, derrière ce grand bureau en verre. La vue de Séoul en fond était si belle, mais les mots qui étaient sorti de la bouche de cet individu qui l’avait reçu étaient si amers qu’il n’en avait gardé qu’un souvenir incroyablement douloureux. Il lui avait dit que ce séjour à l’hôpital ne pouvait plus se reproduire. Il lui avait dit que s’il ne pouvait pas se gérer mieux que ce qu’il faisait, il n’avait plus sa place dans l’agence. Que peu importe s’il n’avait pas été admis à l’hôpital car il s’était battu, le fait est que le grand public croyait que c’était le cas et la vérité, c’était donc cela. La vérité était qu’il avait mal agit, qu’il s’était battu et avait finit à l’hôpital non pas à cause de toute l’anxiété que lui causait la situation, non pas à cause de sa propre santé, mais à cause de son impulsivité. Le dirigeant avait souligné qu’il ne pouvait plus se permettre un seul écart, sinon tout était terminé. Le dirigeant lui avait souligné qu’il devrait déjà être très heureux d’être encore là, et pouvoir encore se produire. Il avait souligné encore combien sa présence n’était qu’un poids depuis plusieurs mois, qu’ils vendaient à perte, que son existence ternissait l’image de l’agence, et que cela ne pouvait plus durer. SeungJoo avait fixé le bureau en silence, il n’avait plus osé relever les yeux, il n’avait plus osé reposer le regard sur cette si belle vue. Si le dirigeant avait raison, le méritait-il ?

«  Va-t-en »

Avait asséné son interlocuteur face à son mutisme. Les yeux du plus jeune s’étaient soudainement activés, bougeant frénétiquement de droite à gauche comme s’il venait de tout encaisser d’un coup, puis il s’était levé, il avait quitté le bureau en fermant doucement la porte derrière lui. Il était passé devant son manager qui avait hésité à l’arrêter mais avait reculé en voyant combien SeungJoo semblait sonné. Parfois, son manager détestait ce milieu, il aurait souhaité que le monde du showbizness ne vienne jamais à exister. Pas si cela signifiait faire ainsi souffrir de jeunes personnes qui avaient pu certes faire des erreurs mais qui n’en faisaient souvent pas les trois quarts de ce qui leur était inculpé, et qui surtout, restaient des êtres humains et non des pompes à frics.

SeungJoo était parti s’enfermer dans une salle réservée aux cours de chants, totalement insonorisée. Il avait longuement fixé le sol, puis il s’était appuyé dos contre la porte, il s’était laissé glisser jusqu’à tomber à genoux. Penché en avant, les mains sur le bois sur lequel il avait marché si souvent, il avait crié de toutes ses forces en fermant les yeux, en serrant les poings qui étaient venus frapper le sol encore et encore. Il aurait voulu tout briser dans la pièce, tout envoyer s’écraser contre les murs, tout détruire. Il aurait voulu hurler combien c’était injuste, en s’éclatant les mains contre les fenêtres, comme si les briser lui rendrait sa liberté qu’il n’avait jamais eu. Mais il ne pouvait même pas se permettre un tel caprice. Sa carrière ne tenait qu’à un fil et rembourser du matériel était la dernière chose dont il avait besoin. Alors il frappait le sol, bien plus solide que le piano au fond de la pièce. Il frappait le sol jusqu’à en avoir les jointures ouvertes. Jusqu’à se mettre à pleurer, le dos vouté, et la respiration saccadée, étouffé par le poids qui l’accablait.

Son regard suivait à présent le bord du trottoir sur lequel il marchait, vêtu de noir des pieds à la tête qui arborait une casquette de même couleur comme son habitude. La seule différence étant que cette fois son masque était blanc, le noir ayant été malheureusement perdu lors de son séjour à l’hôpital. Ses cheveux roses qui dépassaient un peu des bords de sa casquette, ses sourcils fournis et taillés, ses grands yeux expressifs injectés de sang trahissaient son identité. Mais il était bien trop préoccupé. Peut-être aurait-il dû faire plus attention. Oui, il aurait probablement dû, il allait probablement s’attirer des problèmes, mais c’était trop tard, non ? Il était idiot. Un soupir lui échappa derrière son masque alors qu’il poussait la porte du café où il se rendait, son sac à dos de même couleur que ses vêtements pendant sur son épaule droite. Cela venait d’ouvrir, il était probablement l’un des premiers clients, sinon le premier, puisque l’endroit semblait pour le moment presque désert. Tant mieux, peut-être sa stupidité serait-elle ignorée de tous. Il se rendit jusqu’au comptoir, et dit d’une voix un peu enrouée à cause des évènements de la veille :

« Bonjour, un thé noir à la cannelle s’il vous plait… »

Comme toujours, son regard semblait lancer des poignards à son interlocuteur, mais il n’y avait pourtant aucune animosité dans sa voix, sinon de la fatigue. Il baissa les yeux sur son sac qu’il commença à ouvrir pour en sortir son porte feuille afin de payer sa commande.


Fiche de CaptainBen ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchida Ryosuke

avatar

Date d'inscription : 26/01/2018
Messages : 53
: 24
Célébrité : The perfect Kamenashi Kazuya
Age : 24
Métier/études : Serveur à mi-temps, étudiant en sociologie et hackeur à ses heures perdues
Orientation : Hétéro

MessageSujet: Re: Insomnia and bitter tea [pv Ryosuke]   Dim 28 Jan - 15:26

Insomnia and bitter teaRyosuke & SeungjooNuit noire, la pénombre envahissait la pièce, seul un mince filet de lumière permettait de discerner les meubles présents dans la pièce. La chambre était plongée dans l'obscurité. Sur le lit, une silhouette se dessinait, à peine visible dans la noirceur de la pièce. Seul quelques gémissements venaient rompre le calme de la pièce. Le bruit de quelqu'un qui se tournait encore et encore dans son lit, sous l'emprise d'un de ces rêves qu'on voudrait ne jamais faire. Un murmure à peine audible, puis un réveil en sursaut, des gouttes de sueur perlant sur son front. Un regard vers son réveil, cinq heure du matin. Trop tôt encore pour se lever, il ne devait pas prendre son poste avant sept heure. Un soupire s'échappa de ses lèvres tandis qu'il se rallongea, le regard rivé vers le plafond, encore sous le choc de ce rêve. Un rêve qu'il connaissait bien pour l'avoir fait un bon nombre de fois depuis la perte de sa sœur. Même après tant d'années, Ryosuke continuait de s'en vouloir, de se dire que s'il s'en était rendu compte plus tôt, alors sa sœur serait peut-être encore là. Ses parents avaient beau lui répéter qu'il n'y était pour rien, il n'était pas de cet avis, c'était sa jumelle, il était la personne la plus proche d'elle, mais il n'avait rien vu venir...

Lasse, le sommeil l'ayant définitivement quitté, il se leva. Il commença à se préparer, une douche rapide qui termina de le réveiller, puis un petit-déjeuner copieux, pour l'aider à tenir la journée. Il était encore trop tôt pour se rendre au café. Un livre dans les mains, il s'installa dans un fauteuil pour lire. Il s'avançait sur ses cours, devoir jongler entre travail et cours, ce n'était pas toujours évident. Un bruit se fit entendre, il venait de recevoir un mail. La page de son livre marquée, il se leva pour voir le message qu'il venait de recevoir. Un nouveau client, une victime d'arnaque, encore. Dernièrement, la plupart de ses clients étaient des victimes d'arnaque, du petit employé au grand directeur, il voyait des clients de tout genre, de toute classe, tous avec ce même problème, une arnaque. Ryo s'installa à son bureau pour lire tranquillement le message de cette personne. Une personne aux revenus très faibles qui s'était fait arnaqué par une personne prétendant être un prêteur sur gage. Un cas assez fréquent  parmi ceux qu'il connaissait. La personne semble désespérée dans son message, elle dit qu'elle a tout perdu, que sa famille et elles vont finir à la rue... Cette histoire lui semblait réelle, et comme à chaque fois, il s'assure de la véracité de ces propos en faisant quelques recherches grâce à la description et les informations que cette personne lui a donné à propos de cet arnaqueur. Quelques recherches lui suffisent à vérifier cette histoire, cette personne ne ment pas, il semble bien qu'une personne se fasse passer pour un prêteur sur gage pour arnaquer des personnes. Ryo répond à ce nouveau client en lui expliquant de ne pas s'inquiéter, qu'il s'en charge.

Une fois ceci fait, Ryo jeta un coup d’œil à l'heure. Il était temps d'aller au café. Après avoir attrapé une veste et ses clés, Ryo sortit de son appartement pour se rendre au café, il arriva une demie heure en avance, le temps de tout préparer. C'était lui qui faisait l'ouverture aujourd'hui, juste avant de se rendre en cours. Une fois ses cours finis, il reviendrait pour travailler jusqu'à dix-huit heure. Ses horaires étaient arrangés selon son emploi du temps, de ce côté là, son employeur s'était montré sympa. Une fois arrivé, il commença à tout préparer puis retourna la pancarte pour indiquer que le café était ouvert. A peine cinq minutes plus tard, la clochette retentissait dans le café, signalant l'arrivé d'un nouveau client. Ryo se hâta aussitôt derrière le comptoir pour prendre la commande de la personne. Il le reconnut aussitôt, habillé comme à son habitude, laissant seulement entrevoir ses yeux qui, comme toujours, semblait fusiller du regard tout ce qu'il voyait. Ryo se souvenait de la première fois qu'il l'avait vu, dans ce café. Il ne savait alors pas qui il était en réalité, et il ne s'en serait probablement pas aperçu par la suite s'il n'était pas tombé sur ces pages ouvertes sur son ordinateur alors qu'il dormait. Son but n'était pas de fouiner, mais son regard était tombé sur l'écran et les commentaires des personnes avaient attisé sa curiosité, si bien qu'il avait finalement fait des recherches pour savoir d'où venait toute cette animosité contre cette personne. Il avait finalement comprit que l'homme endormit était en réalité la personne à laquelle s'adressait toute cette méchanceté, et il s'était rendu compte qu'il subissait cette méchanceté sans réelle justification. Ryo ne le connaissait pas personnellement, mais en dehors de son regard, il ne semblait pas méchant, au contraire, chaque fois qu'il le voyait, Ryo avait l'impression au ton de sa voix qu'il était lasse et fatigué, rien qui ne justifiait toutes ces injures. Pour lui, la vie de star n'avait rien de facile, à la moindre erreur, on les blâmait. Cet homme, qui était d'ailleurs plus jeune que Ryo, semblait en être le parfait exemple. Après cette découverte, il avait cherché à trouver le moyen de l'aider, mais à part supprimer tout ces articles regorgeant d'idioties inventées de toute pièce pour la plupart, il en était certain, il ne pouvait pas faire grand chose. Toute l'aide qu'il pouvait apporter se résumait à une aide informatique, du piratage...

Il commanda comme à son habitude un thé et sortit de quoi payer. Ryo prit sa commande et lui proposa d'aller s'asseoir, qu'on l'appellerait dès que sa commande serait prête. Il s'attela ensuite à préparer sa boisson et la lui amena, au lieu de l'appeler. En le voyant, la seule impression qu'il renvoyait selon Ryo, c'était une grande fatigue, rien de très étonnant au vu de ce qu'il vivait. Il déposa la tasse de thé sur la table devant lui ainsi qu'une viennoiserie, chose qu'il n'avait cependant pas commandé.

-Tenez, cadeau de la maison, déclara Ryo.

Voilà, voilà la seule chose qu'il pouvait faire pour essayer de l'aider, ce n'était pas grand chose, rien qu'une simple petite viennoiserie, pourtant il y tenait. Il ne pouvait pas demander à cet homme de se confier à lui, il lui était parfaitement inconnu, mais il pouvait essayer de le réconforter un peu de cette manière, aussi minime soit elle, peut-être qu'elle l'atteindra quand même...
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Insomnia and bitter tea [pv Ryosuke]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Seoul :: Séoul :: Downtown :: Autres Lieux-
Sauter vers: